La Business Intelligence des origines à nos jours
24 Fév

La Business Intelligence des origines à nos jours

La Business Intelligence (BI), appelée aussi informatique décisionnelle, a pour objectif d’aider les managers et dirigeants dans leur prise de décision opérationnelles ou stratégiques. Constituée d’outils de traitements et de restitutions des données, elle permet l’analyse de l’activité via des rapports et tableaux de bords élaborés à partir d’indicateurs métier.

60’s : Les origines – théorisation du concept

Elles sont fixées en 1958 avec une publication au titre prometteur « A Business Intelligence System » dont l’auteur Hans Peter Luhn (1896-1964), informaticien allemand, est analyste chez IBM.

Luhn pose les fondements de la Business Intelligence comme :

« la capacité à appréhender les interrelations entre les faits pour les présenter de façon à orienter l’action vers un but désiré. »

Il imagine la Business Intelligence comme :

« un système automatique pour diffuser des informations aux différentes parties prenantes d’une organisation industrielle, scientifique ou gouvernementale. »

Les deux aspects essentiels de la Business Intelligence sont déjà décrits : utiliser les informations reliées entre elles pour l’aide à la décision, diffuser ces interrelations de façon automatique aux décideurs de sociétés commerciales ou d’organismes publics.

La Business Intelligence (BI) ou informatique décisionnelle est née mais reste cependant un concept jusqu’au jour où les évolutions technologiques permettent de la développer concrètement.

80’s : Les premiers pas – stockage et agrégation des données pour des restitutions périodiques

Il faudra attendre les années 1980 et l’apparition des premiers infocentres, souvent des copies des données de production, pour voir la BI se développer. La mise en œuvre des bases de données relationnelles, des infrastructures client/serveur et l’utilisation de serveurs distincts pour les environnements de gestion opérationnelle et de restitutions permettent l’essor de la BI. La périodicité de rafraîchissement de l’information pour les restitutions étant souvent de l’ordre de la semaine, voire du mois, l’analyse reste au stade de la constatation. Cependant, même à intervalles éloignés, ces restitutions permettent d’analyser l’activité passée et d’initier un début d’aide à la décision.

90’s : L’envol – industrialisation du stockage des données et interfaces ergonomiques métier

La standardisation de l’informatique décisionnelle se développera dans les années 1990 avec Howard Dresner qui réutilise le terme de business intelligence et pose les concepts et méthodes permettant d’améliorer les processus d’aide à la décision.

Les améliorations apparaissent sur deux aspects : extraction et stockage des données et nouvelles capacités d’analyse. Les outils ETL (Extract, Transform, Load) permettent la création des entrepôts de données (datawharehouse ou datamart). Les entrepôts structurent et agrègent les données de différentes applications de gestion opérationnelle et favorisent un accès adapté et rapide pour les requêtes de la BI. Des logiciels d’analyse des données disposent d’interfaces ergonomiques et facilitent la restitution des données via une couche sémantique métier autorisant à s’affranchir de langages de requête quelque peu ardus.

Divers types de restitutions peuvent être développés : de la liste de contrôle de saisie ou de comptage pour les gestionnaires des applications aux rapports de synthèse et tableaux de bord pour les décideurs.

La BI aujourd’hui – du portail web à la BI light

niveaux d'aide à la décisionAujourd’hui la Business Intelligence est utilisée dans tous les niveaux d’organisations, tant pour le contrôle de la qualité des données que pour transmettre des indicateurs d’analyse et d’alerte sur l’activité qu’elle soit commerciale ou administrative.

Les utilisateurs métier, non informaticiens, peuvent manipuler les données et transmettre de l’information en temps réel.

Surtout, l’usage de la Business Intelligence peut aller au-delà du simple constat, bon ou mauvais, a posteriori de l’activité et se tourner vers la restitution de projections pour éclairer les décisions en amont et permettre d’anticiper les difficultés.

Les suites logiciels Business Intelligence sont aujourd’hui des outils aux fonctionnalités très vastes répondant pratiquement à tous les besoins utilisateurs tant en terme de requêtage que de mise en forme de tableaux de bord. Les contreparties de ces solutions BI très complètes sont le coût, le délai de mise en place, la formation importante et parfois la complexité des interfaces utilisateurs.

Face à ces inconvénients de la BI classique de nouvelles solutions sont apparues avec la BI Light ou Self BI.

Ce nouveau concept correspond mieux aux besoins des petites et moyennes structures, les pré-requis techniques étant limités, les interfaces « user friendly » étant plus rapidement et facilement maîtrisées par les utilisateurs métiers et le budget d’investissement largement réduit. Autre atout très apprécié des utilisateurs : la possibilité de modifier les données à la volée avec le rendu immédiat sur les restitutions de rapports et tableaux de bord. Toutefois, ces solutions ne permettent pas de s’affranchir de données organisées et maîtrisées par les utilisateurs.

Les défis de la BI pour demain – mobilité et Big Data

Si la BI propose des solutions pour des demandes aux périmètres limités elle doit aussi faire face aux besoins de structures gigantesques et apporte une solution avec le Big Data et l’analyse des données non structurées comme celles des réseaux sociaux.

Par ailleurs, la diversité des données à analyser n’est pas le seul défi de la BI. La nécessité d’accès aux données à tout instant et où que l’on soit, pour faciliter la réactivité des décideurs, passe par l’utilisation des supports mobiles : tablettes et smartphones. L’utilisation du cloud pour le stockage des données rend possible cette mise à disposition non stop des informations issues de la BI.

Et si l’avenir nous réserve encore sans aucun doute des innovations, le vaste champ d’application de la Business Intelligence permet et permettra, quel que soit la demande, simple ou complexe, avec peu ou beaucoup de données, de prendre la meilleure décision possible au bon moment.

Pour aller plus loin…

Cogitis accompagne depuis de nombreuses années ses adhérents dans leurs projets décisionnels. Retrouvez dans le prochain webinar Cogitis, nos retours d’expérience et nos préconisations pour réussir vos migrations vers Business Object BI 4 :

Webinar « Réussir votre migration vers Business Objects BI 4 » le 21 mars 2017

Les commentaires sont fermé