Virtualisation des postes de travail : quels avantages pour votre collectivité ?
25 Mai

Virtualisation des postes de travail : quels avantages pour votre collectivité ?

Pourquoi conserver des postes de travail physiques ? Aujourd’hui, la question de virtualiser les serveurs ne se pose plus, alors pourquoi pas vos postes ?

Aujourd’hui, certaines de vos ressources informatiques sont déjà virtualisées. Vous avez déjà certainement virtualisé vos serveurs en exécutant plusieurs VM (Virtual Machine) sur un seul serveur physique. Et pour les plus grandes collectivités, vous avez déjà probablement virtualisé votre réseau et le stockage de vos serveurs.

Partout, la virtualisation est utilisée. Et même depuis très longtemps sur un poste physique, quand avec un seul disque dur, 2 partitions sont créées pour faire croire qu’il y a un disque C et un disque D.

Cependant il est rare de franchir le pas et de virtualiser ses postes de travail. La raison peut tenir à un manque d’information ou, pour ceux qui s’y sont essayés, à des expériences mitigées autant techniques que financières, notamment s’ils ont voulu virtualiser tout le parc. En effet, la virtualisation de postes a la réputation d’être chère avec un retour sur investissement qui n’est souvent pas meilleur, voire plus mauvais que celui de postes physiques.

Et si vous portiez un regard différent sur la virtualisation de postes ?

D’abord, il existe des solutions techniques simples et fiables à un prix raisonnable (moins cher qu’un poste physique) à condition de ne pas considérer le poste de travail virtuel comme un serveur virtuel, à savoir une VM. La technique dont il est question ici s’appelle la virtualisation de session. Plusieurs éditeurs la proposent. Il s’agit d’exécuter plusieurs sessions sur un même serveur pour autant d’utilisateurs. Chaque utilisateur va ouvrir à distance, via le réseau, une session sur le serveur comme il ouvrirait une session localement sur un poste de travail physique, avec son identifiant et son mot de passe Windows. A la place de son poste physique, il utilise un équipement de très petite taille (client léger) sur lequel sont connectés clavier, souris, écran et câble réseau. Ce qu’il verra sur l’écran ne sera que le reflet de sa session exécutée sur le serveur et déportée via le réseau. Et cela n’empêche pas l’utilisation de clé USB que l’on connecte directement sur le client léger, ni l’utilisation de dispositif d’impression tel que copieurs multifonction ou imprimante réseau.

Ensuite, il n’est pas nécessairement recommandé de virtualiser tous ses postes de travail comme on virtualise tous ses serveurs. Une stratégie pourrait être de virtualiser les postes standards seulement ou les postes de travail des personnels sédentaires par exemple, et de laisser des postes physiques pour des usages techniquement plus compliqués ou des personnels nomades avec des ordinateurs portables.

De plus, cette solution est adaptée au télétravail. En la complétant par un dispositif de sécurité adéquat, elle permet depuis un poste personnel d’accéder à son poste virtuel par Internet et donc de retrouver exactement le même environnement de travail. Elle peut compléter la solution adaptée au personnel nomade, qui consiste à utiliser un ordinateur portable avec un VPN.

Certes, cette solution apporte de l’hétérogénéité dans la gestion de votre parc si elle cohabite avec des postes physiques, mais elle présente de nombreux avantages :

  • Solution centralisée des postes virtuels facilitant l’exploitation,
  • Installation rapide des applications dans les postes virtuels (on installe 1 fois, on exécute n fois),
  • Déploiement très rapide de postes virtuels,
  • Temps de réponse des applications supérieurs aux postes physiques (aucune donnée ne transite sur le réseau, seul le déport d’affichage transite sur le réseau),
  • Solution particulièrement adaptée aux postes des sites extérieurs,
  • Augmentation du niveau de sécurité,
  • Réduction des coûts.

Les inconvénients et/ou limites habituelles sont :

  • Incompatibilité technique avec certaines applications (dans de rares cas),
  • Incompatibilité technique avec certains périphériques USB (dans de rare cas),
  • Expérience utilisateur mitigée avec les applications qui utilisent fortement la carte graphique (vidéos notamment),
  • Une panne affectant la solution pourra affecter l’ensemble des postes virtuels. Cependant il existe des mécanismes de résilience et de haute disponibilité, comme pour les infrastructures de serveurs virtuels,
  • Minimum de compétence technique nécessaire pour maintenir la solution.

En savoir plus…

Pour faciliter le télétravail des agents dans le contexte de crise sanitaire lié au Covid-19, COGITIS a déployé des solutions de virtualisation des postes de travail auprès des départements de l’Aude, du Jura et de l’Entente Interdépartementale pour la Démoustication du littoral méditerranéen (EID).

Vous avez des questions ou un projet de virtualisation des postes pour votre collectivité ?

Les commentaires sont fermé

0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez